peinture de l'intérieur

Tout pour refaire une beauté à votre bateau
Avatar de l’utilisateur
Forcepas
Messages : 1055
Inscription : 26 avr. 2005, 15:09
Contact :

peinture de l'intérieur

Message par Forcepas » 10 sept. 2008, 10:50

Peinture de l’intérieur

Mon objectif était de cacher ce marron foncé qui assombrit l’intérieur de nos First 30. En plus, le gelcoat était abîmé par trente ans de bons et loyaux services et comporte quelques poques disgracieux.
J’ai donc entrepris de rénover cet intérieur par quelques couches de peinture. Je dis quelques couches car avant de commencer je ne savais pas au bout de combien de couches le marron foncé serait totalement caché.


Mode opératoire
Si vous avez lu mes articles précédents sur les peintures et vernis, vous savez que le résultat dépend essentiellement de la préparation avant l’application de la peinture. J’ai donc, tout d’abord, démonté ou sorti du bateau tout ce qui pouvait l’être facilement et qui gênerait l’application de la peinture :
- tous les coussins
- barre inox devant la cuisinière et la cuisinière bien sûr
- l’escalier de descente
- les planchers
- certaines ébénisteries : portes, couvercles (évier, glacière, etc.), planche retenant les coussins, etc.
- habillage d’équipets
- etc.
J’ai ensuite procédé à un nettoyage en profondeur. Cela a commencé par un coup d’aspirateur général. Déjà, le bateau était plus agréable, venir à bout de 30 ans de crasse accumulée dans les endroits difficile d’accès, cela se voit rapidement ! Puis j’ai procédé à un nettoyage à grandes eaux, enfin j’ai limité le débit à ce que pouvait étaler une petite pompe électrique. J’en ai profité aussi pour nettoyer les coquerons arrières et bâbord du cockpit. Pour aller vite sans trop frotter, j’ai utilisé un produit pour nettoyer les barbecues et les glaces des inserts de cheminées.
Facile d’emploi, il suffit de l’appliquer sans frotter, il n’était pas trop agressif pour les muqueuses nasales. Un coup de balai brosse, puis un bon rinçage et au final, j’ai consommé beaucoup d’eau mais aujourd’hui, lorsque je fais circuler de l’eau sous le moteur, elle reste claire lorsqu’elle arrive sous le premier plancher !!!
J’ai ensuite entamé le ponçage à l’eau grain 240/320 pour dérocher le gelcoat et repérer les poques que j’ai réparé au fur et à mesure avec du mastic polyester. J’ai terminé le ponçage par un coup de chiffon humidifié à l’acétone pour finir de dégraisser l’ensemble.

A ce stade, l’intérieur est prêt à recevoir la peinture et le temps de travail se décompose comme suit :
- rangement, démontage, évacuation et lavage, deux jours complets
- ponçage, réparation et dégraissage final une journée et demie
Produits consommés :
- produit nettoyage barbecue : 250 ml
- mastic polyester environ 250 g
- acétone 1l

Application de la peinture
Je n’ai finalement appliqué que trois couches grâce à l’application d’une première sous couche blanche couvrante. Ensuite j’ai appliqué deux couches de peinture satinée polyuréthane pour sol trouvée chez leroirama ou autre. Cette peinture était qualifiée sans odeur, au final, cela s’est révélé presque vrai. En tout cas, bateau ouvert et bien ventilé, l’atmosphère est restée tout à fait respirable.
Les trois couches de peinture ont été appliquées comme d’habitude au rouleau mousse haute densité. Je n’ai pas tenté le pistolet essentiellement à cause du travail de masquage nécessaire et du fait qu’à l’intérieur l’atmosphère aurait été réellement irrespirable !!!

J’ai été impressionné par le temps de travail 3h30’ sans pause, si ce n’est pour s’essuyer le front. Sur les photos, on voit que j’ai réalisé quelques masquages. En fait, l’utilisation d’un pinceau plat de largeur maxi 30 mm et avec un peu d’entraînement, on réalise des traits droits et précis le long des bords.
J’ai changé de rouleau à chaque couche, et nettoyé le pinceau toutes les vingt minutes environ.
J’ai consommé 3X0,75l pour les trois couches de peinture
En tout cas si vous masquez, pensez à enlever le masquage rapidement ! Cela évite à la colle du ruban adhésif papier, vendu dans les grandes surfaces, de migrer sur le support sous l’effet de la chaleur, vingt quatre heures suffisent !!! Un dernier conseil, utilisez du ruban adhésif de carrossier, de meilleure qualité et en vinyle, le phénomène de migration est limité, de plus adhérent bien sur le support, il évite vraiment à la peinture de passer dessous et de marquer finalement la zone masquée !!!

Vu le résultat atteint dans des conditions somme toute accessible par tous, je ne peux que conseiller cette métamorphose de l’intérieur de nos first 30 !!!

Le dossier avec photo est disponible ici
Philippe
A+

Répondre

Revenir vers « Peinture - vernis »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité