Identification

 
Home Histoires Nazca : Mésaventures Pascales

Traduction



Identification



Nazca : Mésaventures Pascales PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Emannuel - RATAFIA   
Dimanche, 22 Avril 2012 09:53

Très mauvais départ de notre croisière Pascale 2012, avec un échouage dans la rivière de Morlaix par coeff de 114, marnage 9,50m. A la pleine mer bien sûr (on a même eu droit à la photo de Nazca dans la presse locale) . Au début, j'étais mortifié de me mettre au tas, mais depuis j'ai réalisé que il n'y a que ceux qui restent au port qui n'y vont jamais.
Un équipier bigleux (sans lunettes, à 7h00 du matin, il faisait à peine jour) n'avait pas vu la perche rouge. Nous sommes restés 10 heures en assez mauvaise posture, avec un moteur YS8 qui a tourné dur pour essayer en vain de nous tirer de là. L'annexe a servi à porter les ancres et aussières pour nous déloger de là. Sinon, avec un tel coefficient, il aurait fallu attendre un an avant de reflotter naturellement.
A force,  nous nous sommes tirés de ce mauvais pas, seuls (ce qui n'était pas évident à première vue), et avons fait la croisière envisagée aux anglo-normandes.
Le moteur a un peu renaclé juste après l'échouage, crachant noir. L'hélice était couverte d'herbe et de brindilles que nous avons dégagées au port de Saint Peter. Mais malgré cela le moteur s'il ne crachait plus son liquide noir, s'est mis à fumer ce qui ne lui arrivait jamais, pas beaucoup, plutôt marron, et j'avais l'impression qu'il évacuait plus d'air que d'eau.

Retour au port et consultation du forum pour trouver la réponse à toutes mes questions. J'ai pris le problème à la base et ai décidé de changer la turbine de pompe à eau.

La croisière aux Anglo fut musclée. après l'échouage dû à l'ancien officier de marine bigleux et superstitieux (il a jamais voulu manger le sauté de lapin qu'avait préparé mon collègue). Nous sommes partis, après escale à Bréhat, vers Guernesey avec un SW annoncé à 7B. Du côté des Roches Douvres la mer était vraiment mauvaise, mais le bateau se comportait super même s'il roulait et que tout le monde était vaseux. J'ai fait une pointe à 9,8 noeuds, au loch, au surf, magnifique ! J'aurais aimé prendre des photos de ces vagues de surf mais elles étaient menaçantes et j'étais trop concentré sur la barre pour ne pas empanner.
Ce pied s’est malheureusement terminé lorsque la grand voile un peu fatiguée a éclaté dans un bruit de tonnerre, ouverte sur toute une couture au niveau des barres de flèches. Affalage en catastrophe, et arrivée à Saint Pierre sous génois avec 6 ou 7 tours, dans une mer mauvaise, vent de SW contre courant de 4 noeuds sur des fonds réduits.

Pas vraiment manoeuvrants, sous une pluie battante, on était content d'arriver au port presque vide (impensable en été).
Une gentille voilière nous a recousu la GV pour 20 livres et on a passé le reste de lapin à la baille !

 

Le retour fut tranquille au près dans 15 noeuds de vent et soleil.

 

C'était super et je trouve que Nazca acquis, il y a 14 mois et avec lequel nous avons parcouru 1700 miles est un bateau magnifique et sain et sûr.Jamais eu peur, toujours senti en sécurité.

Merci pour vos réponses pour ma pompe et à bientôt !

Arthur, First 30 Nazca



 

Mise à jour le Dimanche, 22 Avril 2012 10:15
 

Commentaires  

 
0 # Philippe - OzOns 22-04-2012 10:46
(La prochaine fois le lapin y reste à sa place : à terre !)

-> T'inquiètes on est tous passé par là. (du mauvais coté d'une balise)

Et puis 1700 miles en 14 mois. Respect. Jolie expérience !

Vive Nazca !
 
 
+1 # FIGG 22-04-2012 14:22
Maintenant, il reste les meilleurs souvenirs ! le First30 c'est du costaud !

Courage pour la suite.

Fred de FIGG
 
 
0 # VOGEL 25-04-2012 13:48
Bonjour ,

je me présente : " ex mar mar bigleux " eh oui !

quelques précisions sont ici nécessaires :

Décider de descendre une rivière de nuit avec un balisage déjà assez aléatoire et de plus non éclairé est un exercice un tant soit peu limite , même pour un "bon voyant"- il y avait 2 autres personnes et non des moindres puisques sus nommées "état major " ( réputées non bigleuses) dans le cockpit- ( surtout pour ceux qui connaissent la rivière de morlaix ) .
 
 
0 # VOGEL 25-04-2012 13:49
suite :
il n'y a jamis eu de "bele bele " à bord mais seulement l'évocation nominale de la bestiole à maintes reprises par les principaux de l'équipage , hilares en ces circonstances ,ce qui m'a donné l'occasion non pas d'avouer mais de dire ma conviction personnelle quant à cet aspect , à savoir je ne cautionne pas cette pratique à bord d'un bateau ( et ce depuis 50 ans que je navigue , mais il est vrai que je n'ai pas fait "les glénans") .
 
 
0 # VOGEL 25-04-2012 13:50
fin :

Maintenant le constat d'un échouage , d'une GV explosé et, oubli de cet excellent récit : la vache à eau qui explose ses 100 litres sur un bord de prés , ores donc celà donne matière à réflexion ...

Allez un bon conseil : n'embarquez jamais un ancien mar mar bigleux , c'est pire qu'un "grandes oreilles "

Bonne nav à tous

Walter
 
 
0 # aplus 3 25-04-2012 22:04
Nous traînons tous derriére nous ce genre de casseroles qui me fais dire que ceux qui ne font rien ne peuvent pas s'en vanter et surtout pas en rire après coup. Un souvenir de plus sans blessures à ranger sous le capot de la mémoire; c'est bien ce qui grandit l'expérience des vieux marins. bonne nave itou

Laurent
 
 
0 # VOGEL 25-04-2012 22:12
ah mon dieu que celà est poètiquement exprimé et néanmoins emprunt de vérité !
 

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire

Bannière

Réseaux sociaux

Share on Myspace